Ma série « L’Art de la comédie »

Elle est loin d’être terminée,  mais voilà, je ne résiste pas …

A croire, que la série noire ( ou blanche) m’a un peu guérie de l’hiver sauf que cette année, il fait un froid de canard  mais sans neige (mon problème n’est pas tant le froid, que  le blanc  :)), et je peins en couleur. Il faut dire, que le thème s’y prête. Depuis toujours je dessine,  ces personnages la tête à l’envers, lunaires, toujours ailleurs, un peu , beaucoup  comme moi… peut être.  Il y a celui qui joue à vivre et celui qui vit pour regarder.  Je peins tour à tour, l’acteur et le spectateur, l’artiste et  le collectionneur. Aucun ne se suffit à lui même,  chacun a  besoin de l’autre pour exister.

Techniquement, j’ai commencé à couvrir les toiles ou le bois de couleurs en bombe,   de manière aléatoire  que j’ai recouvert d’un gris neutre  acrylique. Puis,  j’ai peint…  à l’huile. Oui,   je sais !  j’ai écrit un jour un article sur  » les avantages de peindre à l’acrylique , mais il m’arrive (souvent,  surtout avec ma peinture) de changer d’idée, ce qui ne veut pas dire que je n’aime plus l’acrylique,  d’ailleurs il y en a aussi et non, je ne pleure pas (pour le moment). J’avais simplement envie de souplesse,  de rondeur, de retour aux bases  et surtout de  prendre mon temps. En suite,  j’ai gratté  pour retrouver les premières couleurs (celles posées de manière aléatoire) et sur le bois c’est un vrai délice, pas de crainte de crever la toile,  le   défouloir total ! Je libère par la gravure,  brutalement,   la couleur ensevelie qui contrate avec  la douceur du dessin, et le noir toujours bien présent.

https://fabiennerhein.wordpress.com/2009/08/02/pourqoui-peins-tu-a-lacrylique/

Si vous cliquez deux fois sur l’image, elle s’agrandit et vous pouvez voir les détails.

1

3

4

5

6