Excusez-moi, Monsieur, j’connais pas Charlevoix

Il faisait froid, un froid, inconnu. Mon visage allait se déchirer,  mes oreilles  c’est sûr,  se  décoller et tomber au sol dans un bruit de vaisselle cassée…

C’était le 26 février dernier, je mettais mes pieds au Québec  pour  vivre à Montréal.

Bien sûr,  j’avais fait ma « fiérote » lorsque famille et  amis m’avaient dit :- «  Fabienne, as-tu pensé au froid ? l’Amérique, c’est loin ! … » et tout un tas de trucs qu’on dit aux gens qu’on aime et qu’on veut retenir… comme le « même pas mal !» des enfants turbulents,   j’avais fait ma fière… et persisté dans cette idée tellement romantique… Partir à la manière des  grands aventuriers ouvrir un atelier à Montréal.

Il faisait un froid de canard (ce qui est, somme toute logique au mois de février au Québec),   et là,  j’ai compris, électrochoc thermique, que le pas était fait… J’avais fermé une porte, il fallait que j’en trouve une autre à ouvrir ,  bien consciente tout de même,  que le Québec n’attendait pas après une petite artiste Niçoise.

On me fait répéter , je m’applique à parler avec le moins d’accent possible,  oubliant et  Mado la Niçoise , Pagnol et  Raimu . Je parle lentement décortiquant chaque mot… et c’est moi qui n’y comprend rien !

Mais comment « capoter » de suite ?

Je n’étais (et c’est rare) pas  dans les meilleurs dispositions pour… niaiser … et puis,  je ne  connaissais , ni le pâté  chinois, ni la poutine …  Et, je  ne vous parlerais pas des paysages de Charlevoix …

Lorsque j’ai ouvert ma galerie atelier, un Monsieur très gentil, m’a dit :  -« vous savez madame, ce qu’il vous manque ? »

devant mon air interrogatif, il a déclaré tout de go :

–« il vous manque des paysages de Charlevoix »

J’aurais dû lui dire :

« Charlevoix ?  je ne sais même pas ou c’est… je ne  suis allée qu’une fois à Québec , il y trois ans…  je connais tout juste mon quartier….alors Charlevoix …

En  plus,  des paysages,  depuis mes copies de Van Gogh à l’âge de 15 ans, je n’ en ai jamais peint, ou si peu…

– vous  comprenez ,Monsieur, ma peinture c’est plutôt Don quichotte,  un  petit gars bien de chez moi  ou presque,  qui ne connais pas –35°. Mes tableaux , comme lui,  n’ont jamais vu la neige, .. Ils ne peuvent pas comprendre le paysage de Charlevoix en automne.. Vous comprenez Monsieur, laissez moi un peu de temps… juste que mes yeux s’habituent à la lumière de chez vous.. que ma peau apprenne  le froid.. et les feux de cheminée… Monsieur, laissez moi  juste un peu de temps.. j’irai manger  les fèves au lard et la poutine « chez Ben la bedaine » ou un nom comme ça, on dit que c’est la meilleure…  j’irai danser à la cabane à sucre…  Dans un an ça ira mieux, comme m’a dit Jayd, « tu sais après un hiver tu peindras en blanc… ».

Je vous promets Monsieur, j’apprendrai vos chansons… et mes enfants les apprendront aussi et je vous promets  Monsieur, ils les  chanteront aussi bien, aussi fort que les vôtres. Parce que si je suis ici Monsieur, c’est que je l’ai choisi, et que moi aussi je l’aime votre Québec.

Au lieu de ça,  j’ai marmonné , «  je suis désolé Monsieur, je n’en ai pas … Je suis française »… comme une excuse, stupide.

Il est parti  et j’ai compris… tout ce que j’avais à apprendre.

IMG_0639